Les études de santé

.

PACES : Médecine, Dentaire, Pharmacie et Sage-femme

Les études de médecine, pharmacie et dentaire (odontologie) se déroulent à l’université. Les études de sage-femme se déroulent en école de sages-femmes généralement.

Les études de santé sont longues :

  • Bac + 5 pour les sages-femme
  • Bac + 9 à bac + 11 pour les médecins
  • Bac + 6 à bac + 9 pour les pharmaciens
  • Bac + 6 à bac + 8 ou bac +9 pour le troisième cycle long pour les chirurgiens-dentistes

La première année est commune (PACES) et est sanctionnée par un ou plusieurs concours.

Le 1er semestre est commun avec:

  • des sciences "fondamentales" (biologie, physique, chimie, pharmacologie,etc.)
  • des sciences médicales (anatomie, histologie, embryologie, physiologie,etc.)
  • des sciences humaines et sociales

Ces disciplines seront complétées par des enseignements spécifiques à chacune des filières au second semestre

À la fin du 1er semestre, les étudiants passent la 1ère partie du concours. Ceux qui ont réussi peuvent poursuivre leur cursus. Une grande partie des cours reste commune ; l’autre est spécifique à chacune des filières (médecine, odontologie, pharmacie ou sage-femme).

À l'issue de la 1ère partie des épreuves, les étudiants les moins bien classés peuvent-être réorientés. Ils peuvent intégrer une autre formation conduisant au grade de licence. Les possibilités de réorientation seront proposées par les universités en fonction des offres de formation dont elles disposent.

Les étudiants réorientés seront autorisés à se réinscrire plus tard en PACES. Ils doivent pour cela justifier de la validation de 60 crédits (E.C.T.S.) dans une autre formation conduisant au grade de licence.

Le 2ème semestre conjugue des épreuves communes et des épreuves spécifiques.

A la fin du 2ème semestre, l'étudiant passe un concours pour passer en 2ème année. Il peut passer un ou plusieurs concours à condition d’avoir suivi les enseignements spécifiques correspondants.

Nombre de places par concours

En fonction de son rang d’admission, l'étudiant accède ou non à la 2ème année. Le nombre de places par filières, le "numerus clausus", est fixé pour chaque université .

Eu égard au numérus clausus , les taux de réussite en PACES varient de 12,1 % à 33,3 % pour les quatre filières médicales .

Pour accéder à l'Arrété du 10/01/2017 fixant le numérus clausus ,cliquez ICI .

Il est légalement autorisé un dépassement pour les étudiants étrangers égal au nombre d’étudiants étrangers classés en rang utile , sans que cette majoration puisse excéder 8 % du contingent initialement fixé.

Le doublement de la PACES n'est possible qu'une seule fois.

Nouveauté pour la rentrée de septembre 2018 : 3 universités parisiennes vont tester la première année de médecine sans redoublement 
  1. Paris-Diderot,
  2. Paris-Descartes,
  3. Pierre-et-Marie-Curie

À l’issue de cette année 2018/2019, les étudiants de ces universités qui n’auront pas réussi le concours de la PACES pourront s’inscrire en deuxième année de licence dans une autre filière. Une épreuve de rattrapage à l’oral, viendra s’ajouter aux traditionnels QCM pour permettre une sélection plus humaine des dossiers.(Cela concernera  les étudiants qui se retrouveront en dessous de la barre d’admissibilité directe).

Pour ceux qui échoueront en Paces, il y aura une seconde chance," l’Alterpaces", mais seulement une fois qu’ils auront validé une licence dans n’importe quelle filière (voir les alternatives à la PACES ci-dessous). Ils devront ensuite valider des cours complémentaires propres aux études de médecine sur internet. Enfin, à l’issue d’une sélection assez rigoureuse des dossiers, ils  passeront un oral de motivation sur le projet professionnel. Pour chaque filière, le nombre d’étudiants admis à passer en 2ème année est défini annuellement en fonction des besoins de la population, de la nécessité de remédier aux inégalités géographiques et des capacités de formation des établissements concernés.

Fin du numérus clausus en 2020 (daté du 30/09/2018)

La réforme attendue des formations de santé est en marche.

Les grandes orientations viennent d’en être annoncées par le Président de la République puis précisées par les ministres chargées de l’Enseignement supérieur et de la Santé, dans le cadre du plan "Ma santé 2022, un engagement collectif".

Le dispositif complet du futur cursus des études de santé sera très prochainement redéfini grâce à une nouvelle loi présentée dans les mois qui viennent.

D’ores et déjà, plusieurs mesures sont envisagées qui seront mises en place avant 2022 :

  • la fin du numerus clausus, qui fixe en France le nombre de médecins à former chaque année, est programmée pour 2020
  • l’accès aux études en santé sera, de ce fait, repensé
  • l’évolution des 2e et 3e cycles des études est projetée dans le même temps

L’ensemble de ces mesures a pour but de mieux répondre aux besoins de santé sur tout le territoire, en favorisant :

  • la diversification du recrutement d’étudiants à partir de cursus de licences plus divers ;
  • la possibilité d’ouvrir des « passerelles » entre tous les métiers de santé ;
  • l’obligation pour les universités, dans un cadre national, d’adapter leurs dispositifs aux besoins du territoire ;
  • la meilleure prise en compte du projet des étudiants, en se préoccupant mieux de leur réussite et de leur bien-être.

Comment s'inscrire en PACES

La procédure de candidature  en PACES s'effectue sur la plateforme Études en France  (15 Novembre -22 Décembre 2018).

Sauf cas de dispense, une certification en français (TCF ou DELF B2 ou DALF)  est obligatoire au moment de la soumission du dossier de candidature de Campus France. Les dossiers ne seront pas recevables s’ils ne présentent pas une certification en français.

 

Voir notre article "Comment faire ses candidatures sur la plateforme Études en France de Campus France"

Cas des étudiants étrangers

Un étudiant étranger ne peut en aucun cas rejoindre des études médicales en cours de cursus : quelque soit le niveau de formation, le passage du concours de fin de 1ere année est obligatoire (PACES)

En cas de réussite au concours et selon son classement , l’étudiant pourrait intégrer le niveau équivalent à celui atteint dans son pays.

Classement des facultés de médecine

Cliquez ICI pour accéder au classement des facultés de médecine selon leurs résultats.

Alternatives à la PACES

Avec un taux d’échec important aux concours d’entrée en médecine (dû au numerus clausus) et une réorientation difficile pour des étudiants qui doivent repartir de zéro, quelques universités testent de nouveaux modes d’entrée en 2e année de médecine. Ces expérimentations devraient durer jusqu’en 2020. Celle qui aura fait ses preuves sera appliquée dans toutes les facultés.

Objectif : créer des pas­serelles pour entrer directement en deuxième année d’études de santé, sans concours, à l’issue par exemple d’une licence. Le but est de diversifier le profil des étudiants reçus en deuxième année de médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique, et d’offrir une ­alternative aux recalés, sans renoncer à l’excellence.

  1. À Paris 5, Paris 7, Paris 13 et Saint-Étienne, il y a 2 façons d’entrer en 2e année de médecine : via la Paces ou après une 2e ou 3e année de licence validée en sciences, droit, psychologie, philosophie… Les meilleurs étudiants peuvent suivre, en parallèle de leurs études, des modules complémentaires du programme de la Paces. Une fois la licence obtenue, les étudiants sont sélectionnés selon leurs résultats universitaires, leur dossier de motivation, un oral et leur projet professionnel. Une partie du numerus clausus (nombre de places) leur est réservée. En cas d’échec, ils n’auront pas perdu leur année. Licence en poche, ils pourront poursuivre dans leur domaine.

  2. À l’université de Rouen. Après 2 ou 3 ans de la nouvelle licence sciences pour la santé , les étudiants pourront intégrer la 2e année de médecine sans passer par la case concours. Deux conditions pour être admissible : avoir 12/20 de moyenne minimum sur l’ensemble de l’année et passer un entretien de motivation. 15 % du numerus clausus sera réservé aux étudiants de la licence sciences pour la santé (6 % à la fin de la 2e année, 9 % à la fin de la 3e année).

  3. À Strasbourg et Poitiers: après une L2 sciences du vivant pour ceux qui veulent s’orienter vers médecine, dentaire ou sage-femme et après une L2 sciences du vivant ou chimie pour les étudiants qui veulent intégrer pharmacie. L’admission se fera en 2 phases : sur dossier et lettre de motivation puis entretien de 20 min. Cette admission parallèle est soumise au numerus clausus et reste limité. À Strasbourg : 15 places en médecine, 2 pour sage-femme, 31 en pharmacie et 5 places en dentaire pour 2016-2017. À Poitiers : 10 en médecine, 2 en sage-femme et 5 en pharmacie.

  4. L’université d’Auvergne a décidé de revoir sa licence sciences pour la santé, souvent choisie par défaut par les étudiants ayant échoué en Paces. Désormais, elle permettra aux meilleurs de rejoindre la 2e année de médecine. En 2016-2017, la sélection se fera en fin de L2 et en 2017-2018 en fin de L2 et de L3. En cas d’échec, la licence permettra de continuer vers des masters dans le domaine médical : éducation et santé publique, nutrition, sciences du médicament, technologies biomédicales et génétiques…

  5. L’université de Tours propose aux étudiants d’intégrer la 2e année de médecine après une L2 ou une L3 sciences de la matière ou sciences de la vie validée. Une entrée sous condition : seuls 20 % des élèves pourront intégrer cette 2e année. Il faudra faire partie des meilleurs élèves et valider 3 unités d’enseignement complémentaire de 20h chacune.

  6. Parcours PluriPASS à Angers et à Brest : la Paces a été supprimée au profit du parcours PluriPASS . Ce nouveau parcours est un véritable parcours sciences de la santé qui n’est plus uniquement destiné au concours de médecine. Il permettra aux élèves de découvrir d’autres métiers de la santé. Les étudiants auront des cours dans 3 grands domaines : science du vivant, sciences de l’ingénieur et sciences humaines et sociales. Ils pourront valider leurs semestres sur contrôle continu. À la fin des deux premiers semestres, tous les étudiants qui ont une note supérieure à 10 valident leur 1re année. Les mieux notés entreront en médecine. Les autres pourront poursuivre en 2e année. C'est une seconde chance pour eux d’intégrer médecine à la fin du 3e semestre, sur contrôle continu et classement. Ceux qui échoueront à nouveau mais qui auront une note supérieure à 10 pourront poursuivre le 4e semestre plurisanté et, ainsi, valider une L2. Attention ! il y a, comme pour les autres Paces, un numerus clausus à respecter. Il sera pris 75 % des places du numerus clausus à la fin de la 1re année et 25 % à la fin du 3e semestre. Par contre, ce parcours facilite la réorientation. S'ils valident leurs semestres, les élèves recalés n’auront pas perdu de temps.  Ne seront pris que les élèves de l’académie d’Angers. 1 300 places seront disponibles.

  7. D’autres universités, dont celle de Caen, proposent aux étudiants ayant validé une licence avec des unités d’enseignements complémentaires, d’intégrer le cursus médical de deuxième année dans quatre filières de santé (sagefemme, médecine, odontologie et pharmacie), après validation de leurs acquis par un jury. C’est déjà le cas notamment avec les licences Sciences de la vie et Sciences pour la santé.

Ces expérimentations s’ajoutent à d’autres filières d’admission parallèles permises par la loi Fioraso de 2013, avec par exemple, des formations PACES complémentaires ou des années passerelles pour les universités d’Aix-Marseille, Angers, Grenoble, Lyon 1, Reims, Rennes 1 et Tours , Brest, Caen et l’Upec (Université Paris-Est Créteil).

Les DU, DIU et CES

Cliquez ICI pour accéder à la circulaire interministérielle N°DGOS/RH1/RH4/DDI/BIP/2012/330 du 31 Août 2012 relative aux dispositifs d'accueil en formation en France d'étudiants et professionnels étrangers médicaux et paramédicaux

Les diplômes universitaires (DU), diplômes interuniversitaires (DIU), certificats d’études supérieures (CES) et capacités offrent des compléments de formation portant sur un champ spécifique ou une technique particulière utile pour l’accomplissement de l’exercice professionnel.

Les DU et DIU sont proposés et organisés par les universités dans le cadre de leur autonomie pédagogique et relèvent donc de leur seule responsabilité, tandis que les CES et capacités, pour leur part, sont des diplômes nationaux relevant du ministère chargé de l’enseignement supérieur.

Ces formations sont ouvertes, selon les cas, aux étudiants préparant un troisième cycle et/ou aux professionnels étrangers.

Une vigilance particulière est recommandée en la matière. En effet, s'agissant des demandes d'inscription par des ressortissants étrangers dans ces formations, toutes spécialités confondues, il convient de préciser qu’elles ne peuvent justifier à elles seules la délivrance d’un visa et le recrutement en établissement de santé pour la réalisation du volet pratique du cursus.

Ces inscriptions ne sont accessibles aux candidats étrangers que dans la mesure où ils poursuivent par ailleurs une formation en France à laquelle sont règlementairement associées un visa et un statut de recrutement en établissement de santé (le plus souvent FFI dans le cadre d’un DFMS/DFMSA).

Les DFMS /DFMSA - Le 3ème cycle

Cliquez ICI pour consulter l’arrêté fixant le nombre de postes ouverts pour les formations de DFMS et DFMSA par spécialité et par région. 

Les enseignements sont choisis parmi ceux du Diplôme d’études spécialisées (DES) ou du Diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC) correspondant à la formation spécialisée choisie par le candidat.  À noter que la durée de la formation du DFM S ou DFM SA ne peut être inférieure à un semestre, ni excéder deux semestres. Le DFM S et le DFM  SA ne donnent pas le droit d’exercer la médecine en France.  Le nombre de places offertes est limité par discipline et spécialité pour chaque inter-région. 

Comment s'inscrire

Pour télécharger le dossier d'inscription au concours du DFMS/DFMSA cliquez ICI  (Université de Strasbourg, Faculté de médecine). 

Le dossier doit être envoyé avant le 15 Janvier 2019 au service des examens et concours.B.P. 577 Chellah Rabat - 05 37 67 10 00 / 05 37 67 22 68 -/Email : - sec@secmaroc.org qui se chargera d’enregistrer les dossiers et de les envoyer  à l’Université de Strasbourg. Le dossier doit être envoyé par la poste (le cachet faisant foi), par courrier rapide de préférence (ex : amana…) et ne surtout pas envoyer le dossier par courrier recommandé, le délai étant trop long (10 à 15 jours).

A l’issue de l’examen des dossiers, l’Université se charge elle-même d’envoyer par mail les résultats d’admissibilité, et adresse à l’Ambassade une liste des admissibles.

Un dossier est alors demandé aux candidats admissibles, ils se chargent eux-mêmes de l’envoi. A la fin de la session, l’Ambassade reçoit une liste des admis.

Comment demander le visa

Les étudiants admis à la préparation au DFMS/DFMSA devront effectuer la procédure pré-consulaire de Campus France avant de se présenter au consulat de France pour leur demande de visa . 

Ils devront obligatoirement joindre à Campus France la convention signée par l'université de Strasbourg.

Ils sont dispensés de présenter une certification en français.

Ils sont dispensés d'entretien. 

 

Pour l'accès en 3e cycle, un concours spécifique d’Internat en médecine à titre étranger est organisé.

1/ Les médecins doivent à partir de février commencer à consulter le site www.sante.gouv.fr

2/ Allez à la rubrique métiers et concours – Liste des concours par ordre alphabétique « aller à la lettre I » et cliquez sur "concours d’internat de médecine réservé aux ressortissants étrangers"

3/ Vous aurez alors sur le site, l’arrêté ministériel qui fixe les dates du concours d’admissibilité qui a lieu en septembre et du concours d’admission qui se déroule en France et la  liste des pièces à fournir pour constituer votre dossier d’inscription et le nombre de postes proposés. Arrêté d'ouverture du concours d’internat en médecine à titre étranger  - Liste des postes offerts -    Formulaire d'inscription -  Liste des codes des pays et des diplômes de spécialisation

4/ Adressez ce dossier uniquement par la poste, avant la date butoir, à l’adresse suivante : Service des Examens et Concours – SCAC – Ambassade de France au Maroc – BP 577 – Rabat Chellah.Tèl: 05.37.67.82.94

Le Service des Examens se charge alors d’envoyer les dossiers en France et dès validation dès dossiers, vers la fin du mois de juin, vous  adressera les convocations. L’examen a lieu en général au Lycée Descartes à Rabat.

 A la fin de la session, donc après la 2ème partie du concours qui a lieu en France, la liste des admis est mise en ligne sur le site du Ministère de la Santé.

Pour connaître les facultés de médecine qui placent le mieux les étudiants à l'ECN, cliquez ICI. 

 

 

Les stages en France

Cliquez ICI pour accéder à la circulaire interministérielle N°DGOS/RH1/RH4/DDI/BIP/2012/330 du 31 Août 2012 relative aux dispositifs d'accueil en formation en France d'étudiants et professionnels étrangers médicaux et paramédicaux

Les étudiants stagiaires ne passent pas par la procédure pré-consulaire de Campus France pour préparer leur demande de visa.

Ils doivent prendre rendez-vous directement auprès de TLS Contact pour déposer leur dossier de demande de visa au consulat de France.

Rappel : les consulats restent les seuls habilités pour la délivrance des visas, TLS Contact n'intervient que pour la prise de RDV et la réception des dossiers (269 Dhms en plus des frais du Consulat de France).  Le type de visa délivré relève de l’instruction consulaire .

 

La procédure d'autorisation d'exercice (PAE)

Voir le Décret n° 2017-1601 du 22 novembre 2017 qui  précise les modalités d'autorisation temporaire d'exercice permettant à des étudiants en médecine étrangers ainsi qu'à des médecins, chirurgiens-dentistes et pharmaciens spécialistes étrangers de venir suivre une formation complémentaire en France.
Il détermine la procédure de délivrance de l'autorisation qui associe notamment de manière étroite le conseil national de l'ordre compétent et le Centre national de gestion. Il fixe les durées minimale et maximale de cette autorisation, les types de formation pouvant être suivies et il précise les modalités selon lesquelles il peut être mis fin à cette autorisation.

Attention, cette autorisation ne vaut que pour la poursuite d’une formation complémentaire en France et ne concerne nullement le praticien qui souhaite s’établir sur le territoire, qui relève alors des procédures classiques d’autorisation d’exercice. Pour plus de précisions sur l’application de ces dispositions, il convient de s’adresser au CNG.

Suivez les grandes étapes pour venir étudier en France

Découvrir